Le jazz, l’apprentissage de l’harmonica et les idées reçues…

 

1-      Le jazz : une musique intellectuelle ?

Le jazz passe pour être une musique réservée à des musiciens de haut vol qui ont une grande culture musicale, une technique solide… Parfois, les harmonicistes eux-mêmes considèrent que le jazz est une musique réservée aux intellectuels… Si c’est votre cas, peut-être est-ce parce que vous faites l’amalgame entre jazz et « free jazz » qui n’est qu’une branche du jazz, un peu comme si vous disiez que le rock, ce n’est que du heavy metal.

En fait, le « free jazz » repose sur une idée que l’on va improviser librement au sein d’un orchestre dont les membres ne savent pas encore ce qu’ils vont jouer : c’est par l’écoute des autres et leurs propres initiatives que le morceau va évoluer. C’est un art très difficile, réservé à des musiciens qui ont effectivement une solide culture, une grande connaissance du jazz et qui savent jouer des centaines de thèmes de mémoire. Qui savent les jouer et improviser dessus !

Mais croyez-moi, le jazz n’est pas que « free » : il est aussi « cool », « bop », « hardbop », « smooth », « blues », « latin »… Certaines formes de jazz sont beaucoup plus abordables : le jazz « modal », par exemple, est une musique aux univers surprenants, aux ambiances envoûtantes, mystérieuses, sensuelles… Et pourtant, c’est une musique assez simple à jouer, car elle repose généralement sur peu d’accords. Aborder une mélodie soutenue par quinze accords qui évoluent sur cinq tonalités différentes, ce n’est vraiment pas une sinécure quand on débute un instrument et ça laisse peu de place à la créativité alors que le jazz modal, reposant sur cinq ou six accords maximum (parfois seulement deux), vous permettra d’aborder un style de musique moderne et original qui laissera une grande place à votre inventivité et à la rêverie…

2-      Le blues à l’harmonica : un style plus abordable ?

Le blues « roots », qui fut joué par les pionniers du genre que sont Sonny Terry, Sonny Boy Williamson et Sonny Boy Williamson II (Rice Miller), Big Walter ou Little Walter – et j’en passe – est réputé comme étant une musique « facile », spontanée, réservée à ceux qui ne connaissent pas grand chose à la musique. Rien n’est plus faux : les harmonicistes que j’ai cités étaient de véritables génies, inventifs, avec une technique sensationnelle ; ils ont tous révolutionné la manière de jouer de notre instrument favori ! Et bien sûr, ils ont influencé de nombreux artistes. En France, les plus célèbres d’entre eux sont sans nul doute mon ancien professeur d’harmonica, Greg Zlap, qui joue désormais avec Johnny Hallayday, mais aussi Jean-Jacques Milteau, qui était lui-même l’ancien professeur de Greg Zlap. Jean-Jacques Milteau a toujours déclaré que le jeu de Big Walter était « le plus beau son de l’harmonica blues » ! Le « plus beau » et l’un des plus difficiles à copier ! C’est son avis personnel mais si vous aimez le blues, vous serez sûrement d’accord pour dire que son jeu est à la fois riche, complexe et mélodieux.

3-      Jouer du blues traditionnel : un objectif ?

Il est vraiment trop difficile – et décourageant – de débuter l’apprentissage de l’harmonica par le blues : vous avez tellement d’effets à maîtriser pour bien jouer blues, que vos premiers morceaux seraient soit très ardus à jouer, soit tellement simplifiés qu’ils ne sonneraient plus blues du tout… Mais si vous aimez fondamentalement cette musique – c’est mon cas – vous pouvez considérer que c’est votre but à atteindre. Si vous rêvez de savoir faire sonner votre harmonica, de placer les bons effets, de faire vibrer l’auditoire au son de notes plaintives, de phrases déchirantes, de solos inspirés, si vous souhaitez ardemment parvenir au top niveau, vous y arriverez, comme d’autres ont réussi, mais il vous faut d’abord passer par une phase d’apprentissage. Mais j’insiste vraiment sur ce point : ce serait une grave erreur de vous faire commencer par là ! D’ailleurs, je vous avoue que j’ai moi-même commis cette erreur quand j’ai débuté l’enseignement de l’harmonica : puisque tout le monde voulait jouer du « bon vieux blues », je démarrais par le blues. Malheureusement, ça ne sonnait pas très blues, parce qu’il manquait à mes élèves de nombreuses techniques. Bien sûr, ils allaient les acquérir au fil des leçons mais en attendant, ils devaient passer plusieurs semaines à travailler leurs exercices et à jouer de petits blues sans pouvoir les faire sonner correctement, ce qui, vous l’avouerez, était assez frustrant.

4-      La pédagogie « harmodiatojazz » : une approche originale

Encore une fois, commencer par le blues traditionnel était une erreur : j’ai donc revu complètement mon approche pédagogique. Je ne me voyais pas vous enseigner toutes les techniques de l’harmonica avant de vous faire jouer votre premier morceau ! Surtout que le jazz modal est une musique beaucoup plus abordable que le blues traditionnel : en effet, quand un arrangement est bien écrit, une mélodie simple, bien placée, peut être facilement mise en valeur. Même les premiers exercices de la Formation Complète – des exercices de déplacement sur l’harmonica, que j’appelle exercices de navigation, afin de rendre votre jeu plus fluide – sont de petites compositions de jazz. Plus faciles à interpréter que les phrases blues, ces mélodies vous permettent de vous constituer rapidement un premier répertoire et ravir votre entourage.

Dans la Formation Complète, à chaque nouvelle technique, je vous propose deux morceaux spécialement écrits pour vous : vous pouvez ainsi vous constituer un répertoire original et avancer pas à pas, en toute confiance dans vos capacités.

J’ai écrit des dizaines et des dizaines de morceaux pour l’harmonica diatonique ; vous les trouverez tous dans la Formation Complète : les premiers morceaux sont des compositions de jazz / bossa nova, puis vous trouverez des compositions de country, de rock, de musique celtique… Et même des morceaux d’inspiration classique et baroque ! Eh oui, on peut tout jouer sur un harmonica !

Par la suite, si vous désirez aborder un style de musique en profondeur, apprendre à jouer des morceaux célèbres, savoir les interpréter et improviser, vous pourrez accéder à une formation consacrée à votre style de musique de prédilection, comme Le Clan des Bluesmen, par exemple.

Ainsi, lorsque vous aurez terminé votre formation, vous aurez un répertoire très vaste, vous saurez vous exprimer dans de nombreux styles et vous serez capables d’improviser librement dans le style de musique de votre choix…

5- Pour aller plus loin : la Formation Complète

Pour débuter l’apprentissage de l’harmonica, que vous ayez ou non suivi les 4 cours offerts sur ce site correspondant à votre niveau, vous pouvez suivre une formation à distance, depuis votre ordinateur (PC / Mac), votre samrtphone ou votre tablette : depuis votre espace-membre privé, vous accédez à des cours en vidéos, des documents textes & sonores téléchargeables. C’est ce que j’appelle la Formation Complète. Il s’agit d’un apprentissage par les morceaux (pas d’exercice insipide et l’on ne passe pas deux heures par mois à parler de théorie, on passe vite à la pratique sur l’instrument). Bien sûr, j’aborde votre formation par le jazz modal.

Vous partez du zéro absolu ! Même si vous n’avez jamais fait de musique, que vous êtes une bille en solfège, à la rigueur que vous savez à peine ce qu’est un harmonica, cette formation est faite pour vous ! Je l’ai vraiment conçue pour les grands débutants et elle donne de très bons résultats ! Ce ne sont pas les 300 élèves qui l’ont déjà suivie qui vous diraient le contraire…

Je veux en savoir plus sur la Formation Complète !